D'arbres en arbres

Arbres de la creation

Gn 1, 11

Et Elohîm dit : "Que la terre fasse pousser une pousse, une herbe semant semence, un arbre à fruit faisant fruit selon son espèce dont la semence est en lui sur la terre."

Ce texte recourt au singulier collectif.

Ce verset exprime déjà l'autonomie du monde créé puisque que la nature porte en elle la semence qui lui permettra de se multiplier.

Gn 2, 5

"Le jour où le Seigneur Dieu fit la terre et le ciel, il n'y avait pas encore sur la terre aucun arbustre des champs, et aucune herbe des champs n'avait encore germé, car le Seigneur Dieu n'avait pas fait pleuvoir sur la terre et il n'y avait pas d'homme pour cultiver le sol."

Ainsi, dès le début, l'existance des plantes et des arbres est liée à la fois à l'agir de Dieu, qui fait pleuvoir, et à l'agir de l'humain, qui cultive. Dieu, l'humain et le monde végétal se trouvent donc profondément liés.

Gn 2, 8-9

" Le Seigneur Dieu planta un jardin en Eden, à l'orient, et il y plaça l'homme qu'il avait formé. Le Seigneur Dieu fit germer du sol tout arbre d'aspect attrayant et bon à manger, l'arbre de vie au milieu du jardin et l'arbre de la connaissance de ce qui est bon ou mauvais.."

L'arbre est créé pour l'humain, pour le plaisir des yeux et du palais Il constitue son alimentation de base. Dieu charge l'humain de garder et de cultiver ce jardin. Le travail n'est pas une punition du ciel consécutive au péché originel mais fait partie intégrante de la vocation humaine.

Gn 2, 17

"Tu pourras manger de tout arbre du jardin, mais tu ne mangeras pas de l'arbre de la connaissance de ce qui est bon ou mauvais car, du jour où tu en mangeras, tu devras mourir."

Cet arbre est d'abord le lieu où se joue le choix des humains pour le bien ou pour le mal, de suivre la parole de Dieu ou celle du serpent. Il est aussi le lieu où l'humain se révèle bon ou mauvais aux yeux de Dieu, selon les choix qu'il posera.

Ajouter un commentaire